Fumer ou Vaporiser

Publié le :
Catégories : Autres sujets

Fumer ou Vaporiser

La popularité de la vaporisation continue à grandir à un rythme significatif. Est-ce vraiment une meilleure option pour votre santé et quelle différence avec fumer ?

Pour consommer notre weed, de nos jours nous avons en face de nous une multitude de méthodes. Il ne s’agit plus juste d’un petit joint roulé rapidement derrière une barrière, mais les différentes formes du cannabis et les façons dont on peut l’absorber dans le corps se diversifient à un rythme rapide. Une méthode en particulier a vu une popularité croissante est celle qui consiste à vaporiser ou vapoter. Est-ce juste la dernière mode pour consommer du cannabis ou y a-t-il un réel bienfait à cette forme de consommation en comparaison d’un bon vieux joint à l’ancienne.

Avant de se pencher sur les avantages et les inconvénients de la vaporisation face au fait de fumer, connaître les concepts de base des deux types de consommation et leurs différences peut aider.

FUMER

Les deux méthodes commencent avec une source de chaleur, mais fumer implique la combustion de votre cannabis ainsi que tout ce qui est présent dans le joint. La source de chaleur est appliquée directement sur la matière que l’on veut fumer. C’est important car quand on fume de la weed, on n’inhale pas juste la matière végétale. On inhale aussi le papier utilisé pour rouler et le tabac éventuellement utilisé dans le mix.

La combustion crée de la fumée et c’est probablement la plus grande différence avec le fait de vaporiser. La fumée de la combustion est composée de non-cannabinoïdes, ce qui n’est pas idéal quand on essaye de planer. Fumer apporte des saveurs uniques auxquelles beaucoup sont habitués, ce qui est souvent un facteur clé dans le plaisir de consommer notre weed bien-aimée. La fumée, cependant, a été liée à une augmentation des symptômes respiratoires, vous vous rappelez la toux et l’étouffement la première fois que vous avez fumé un joint ? Même si beaucoup disent que fumer du cannabis est aussi décisif comme facteur de risque pour le cancer que fumer des cigarettes, le fait est que la recherche actuelle n’est pas assez étendue pour apporter une réponse définitive.

VAPOTER

On commence avec la même source de chaleur, mais cette fois la chaleur est appliqué à un élément de chauffe. La source de chaleur elle-même n’est pas appliquée directement à la matière que l’on veut ingérer. L’élément de chauffe vaporise le cannabis en général à une température autour de 285°C, ce qui est en-dessous du point de combustion qui se trouve autour de 392°C. Comme nous l’avons dit précédemment, en fumant le cannabis, votre corps absorbe aussi des composés additionnels à travers la fumée créée.

Ces composés n’existent pas en vapotant, au contraire, vous inhalez uniquement la vapeur du cannabis, donc vapoter donne un contenu en THC plus élevé à chaque inhalation. Jusqu’à 95 % du THC dans le cannabis est absorbé durant les premières secondes d’inhalation au lieu d’être dilué dans la fumée lorsque l’on fume. D’un point de vue de la discrétion, vapoter apporte aussi des avantages additionnels, car la vapeur produite est presque sans odeur et les vaporisateurs stylo ont une taille qui permet de les transporter facilement dans une poche ou un sac.

Un des plus grands bienfaits additionnels apportés par le vapotage est de pouvoir utiliser aussi bien de la weed séchée que des huiles de cannabis. Le Butane Hasch Oil et des concentrés similaires peuvent aussi être consommés avec la majorité des vaporisateurs, ce qui en fait un moyen significativement plus polyvalent de consommer du cannabis. C’est surtout utile quand le consommateur prend du cannabis dans un but médicinal et qu’il a besoin d’une forte de dose de cannabinoïdes.

VAPOTER OU PAS ?

Honnêtement, la réponse à la question est autant liée à la raison derrière votre consommation de cannabis que vos préférences personnelles. Alors que beaucoup de consommateurs saluent la vaporisation comme étant significativement meilleure pour la santé, il n’existe pas encore d’études à long terme pour soutenir ces affirmations. Même si en principe le fait d’éliminer la fumée réduit les effets secondaires respiratoires, les effets à long terme sur le corps restent à voir.

Certains consommateurs préfèrent le goût et les saveurs spécifiques qui viennent en fumant du cannabis, l’arôme est souvent un aspect clé du plaisir et un signe de distinction. Alors que d’autres préfèrent le côté discret et potable que les vaporisateurs permettent, en éliminant en plus l’ingestion des composés chimiques pouvant être nocifs avec l’absence de tabac et de feuilles à rouler. Ce qui reste vrai, cependant, c’est qu’il faut plus de recherches scientifiques pour pouvoir déterminer clairement si vaporiser le cannabis et inhaler la vapeur a moins d’effets nocifs que le fait de fumer. Même s’il est certain que fumer rajoute des matières additionnelles, il est important que les recherches futures identifient les risques de santé spécifiques de chaque composé.