Programmes d'éclairage pour les plants de cannabis à autofloraison

Publié le :
Catégories : La culture du cannabis

Programmes d'éclairage pour les plants de cannabis à autofloraison

Les variétés à autofloraison ne dépendent pas du changement de cycle lumineux pour commencer leur floraison. Elles demandent tout de même beaucoup de lumière pour donner de superbes têtes ! Voici tout ce qu’il faut savoir sur les programmes d’éclairage du cannabis à autofloraison, les lampes de cultures et la culture en plein soleil.

Les variétés à autofloraison sont superbes : elles sont simples, se développent rapidement et ne prennent pas trop d’espace. Elles sont idéales pour les débutants et sont une option attirante pour les cultivateurs expérimentés. Ci-dessous, nous jetons un œil en profondeur sur la manière d’éclairer au mieux son cannabis à autofloraison pour des récoltes puissantes et consistantes.

PARTIE 1 : LES PROGRAMMES D’ÉCLAIRAGES POUR LE CANNABIS À AUTOFLORAISON

Contrairement aux plantes photopériodiques, qui reposent sur le changement du cycle lumineux pour initier leur floraison, les plantes à autofloraison fleurissent selon leur âge. Cependant, tout comme le cannabis photopériodique, les variétés à autofloraison se servent de la lumière pour la photosynthèse et la production de têtes.

Depuis que la référence en termes de variété à autofloraison a fait son apparition (la Lowryder) sur la scène il y a quelques années, les cultivateurs ont débattu pour savoir si certains cycles d’éclairage étaient mieux que d’autres pour atteindre des résultats optimaux. Il y a ceux qui pensent que 6 heures de nuit suffisent. Et ceux qui développent des cycles lumineux complètement nouveaux, apportant ainsi de longues heures de jour interrompues par de courtes pauses de nuit.

Bien qu’il y ait peu de chance pour que nous mettions un terme à ce débat, en ce qui concerne la récolte des meilleures et des plus puissantes fleurs dans une quantité maximale, il y a certains facteurs à prendre en compte concernant chaque programme d’éclairage des variétés à autofloraison. Si vous êtes curieux, vous pouvez toujours expérimenter ces programmes par vous-même.

Cannabis grown indoors

UNE NOTE SUR LE RENDEMENT ÉNERGÉTIQUE

De meilleurs rendements et de plus grosses têtes ne sont pas les seules choses qu’un cultivateur d’autoflo doit prendre en compte, il y a aussi la dépense énergétique. Cultiver vos belles plantes sous 18 heures de lumière par jour consommera bien évidemment moins d’énergie que de les garder sous un éclairage constant 24 heures sur 24. Cela affectera à la fois le coût et l’empreinte carbone de votre opération, alors gardez ce fait en tête.

Sans plus attendre, voici certains des programmes d’éclairage les plus courant pour la culture des variétés à autofloraison.

PROGRAMME D’ÉCLAIRAGE 24-0

Bon nombre de cultivateurs gardent simplement leurs plantes sous un éclairage constant, 24 heures sur 24. C’est clairement la manière la plus simple de programmer l’éclairage, car elle ne nécessite pas de minuteur. La plupart des cultivateurs choisissent ce programme dans l’espoir d’avoir, en retour d’un éclairage constant, des rendements plus importants.

Bien qu’il n’y ait pas de réponse définitive concernant cette supposition, la science tend à confirmer cette théorie. Une manière dont les plantes sont catégorisées est par la façon dont elles absorbent et utilisent le CO₂. Certaines plantes utilisent une fixation carbone C₄ : elles rassemblent le CO₂ durant les périodes de nuit pour l’utiliser afin de photosynthétiser durant les périodes de jour. Mais le cannabis est une plante C₃, qui n’a pas besoin de période de repos, elle continue sa photosynthèse à partir du moment où elle reçoit de la lumière. C’est clairement un bon argument pour un programme en 24-0 ! Une fois de plus, certains cultivateurs jurent que des périodes de nuit sont naturelles et cruciales pour le cannabis et sont inquiets à l’idée d’exposer leurs plantes à des périodes d’exposition à la lumière si constante. Enfin, le principal point négatif du 24-0 est sa consommation d’énergie.

RightLes pours

• Facile, ne nécessite pas de minuteur
• Pourrait donner lieu à de meilleurs rendements

ConsLes contres

• Emploi plus d’énergie

PROGRAMME D’ÉCLAIRAGE 18-6

Le programme d’éclairage en 18-6 (18 heures de jours suivies de 6 heures de nuit) est le plus répandu des programmes d’éclairage utilisés par les cultivateurs de variétés à autofloraison. La philosophie derrière cela n’a rien de compliquer, vous apportez assez de lumière à vos plants pour encourager de bons rendements, tout en leur donnant une période de nuit brève afin d’encourager une croissance saine. Et bien sûr, en employant un cycle 18-6 au lieu d’un 24-0 : vous économisez jusqu’à 25 % sur votre facture d’électricité. Il est aussi intéressant de noter que de nombreux cultivateurs ayant expérimenté à la fois les programmes 24-0 et 18-6 ne notent pas de différences significatives sur les rendements finaux.

Y a-t-il un inconvénient à l’emploi d’un programme 18-6 ? Eh bien, ce n’est pas un énorme problème, mais comme pour beaucoup d’autres programmes d’éclairage, il vous faudra un minuteur.

RightLes pours

• Bons rendements
• Permet à votre plante de se reposer
• Emploie moins d’énergie que le 24-0

ConsLes contres

• Nécessite un minuteur

PROGRAMME D’ÉCLAIRAGE 20-4

Puis l’on trouve le terrain d’entente pour ceux qui cherchent à tirer les meilleures vertus des deux programmes susmentionnés. En élargissant le cycle lumineux de deux heures, certains cultivateurs pensent pouvoir produire de plus gros rendements tout en permettant à leur plante de se reposer un peu.

RightLes pours

• Bon terrain d’entente entre le 18-6 et le 24-0
• Économies d’énergie relatives

ConsLes contres

• Emploie plus d’énergie qu’un 18-6
• Nécessite un minuteur

PROGRAMME D’ÉCLAIRAGE 6-2

Le principe derrière le programme 6-2 est que le cannabis ne peut absorber qu’une certaine quantité de lumière par jour. Une fois les niveaux atteints, la plante n’absorbe plus la lumière, ce qui signifie que toute lumière supplémentaire serait gâchée.

Le programme 6-2 brise ce cycle en 3 périodes de 6 heures entrecoupées de période de nuit de 2 heures durant lesquelles la plante peut se reposer et traiter la lumière reçue. Lorsque la lumière se rallume, la plante sera à nouveau prête à la traiter. De ce fait, la théorie suppose que vous pouvez maximiser la croissance de votre plante alors que les éclairages sont en fonctionnement. Les adeptes du programme 6-2 clament également qu’une période d’éclairage plus courte inflige moins de stress à vos plantes ainsi qu’à vos systèmes de refroidissements, car le programme permet à la pièce de se refroidir avant que les éclairages ne repartent. Cependant, les opposants du 6-2, déclarent que l’emploi de cycles jour-nuit plus courts, mais plus fréquents, stresse inutilement des composants tels que les éclairages et les chauffages.

RightLes pours

• Un stress potentiellement diminué pour la plante
• La théorie soutient un potentiel de production plus important
• Peut donner lieu à un environnement plus stable (température, etc.)

ConsLes contres

• Plus de stress pour les équipements
• Très peu pratiqué

UNE NOTE CONCERNANT LES TEMPÉRATURES

Nous avons déjà abordé la manière dont les différents programmes d’éclairages peuvent potentiellement altérer la santé et la taille de votre récolte, ainsi que la manière dont ils affectent votre facture énergétique. Mais il faut prendre autre chose en considération : comment ce programme d’éclairage affectera la température de votre salle ou tente de culture.

Lorsque vous laissez tourner les lampes durant de longues heures, sans interruption, cela augmente la température de votre pièce de manière significative. Cela peut être positif comme négatif : si vous cultivez dans un environnement chaud, la chaleur produite pourra être un problème qui vous forcera à prendre des mesures de climatisation supplémentaires. Dans ce cas, un programme léger entrecoupé de pauses de nuit telles qu’un 18-6 ou un 6-2, vous permettra de ne pas réchauffer votre pièce trop rapidement. D’un autre côté, si vous cultivez dans un environnement frais, une constante exposition à la lumière peut permettre d’augmenter la température sans avoir besoin d’autre élément de chauffage. Gardez ce fait en tête lors du choix de votre programme.

PARTIE 2 : LES TYPES DE LAMPES POUR VOS AUTOFLOS

Il existe deux principaux types de lampes de culture pour le cannabis : HID (décharge haute intensité) et les lampes de culture LED. Bien que les HID soient l’ancien standard parmi les cultivateurs d’intérieur et restent toujours très répandues de nos jours, ces dernières années, les LED sont devenues plus avancées et plus abordables, offrant ainsi aux cultivateurs maisons une option capable de rivaliser avec les HID. Voici ce qu’il faut savoir sur ces deux types de lampe de culture.

LAMPES DE CULTURE HID (MH, HPS)

Les lampes HID sont peu coûteuses, puissantes et peuvent permettre de cultiver une superbe weed. Il existe deux types d’ampoules HID : les halogénures de métal (MH) et sodium haute pression (HPS). Pour les plantes photopériodiques, on utilise les MH pour la floraison et les HPS pour la floraison.

Les ampoules MH émettent un spectre bleuâtre optimal pour la croissance du cannabis. Une fois que les plants passent à la floraison, on échange les ampoules MH pour des HPS qui donne un spectre de couleur plus orangé ou rougeâtre, idéale pour promouvoir la croissance des têtes.

Lorsque vous cultivez des plantes à autofloraison avec des lampes HID, le principe est généralement le même que lors d’une culture de variété de cannabis photopériodique. Si vous souhaitez obtenir les plus gros rendements possibles et les têtes les plus grosses, alors vous devrez passer des lampes MH aux HPS dès que les plantes progresseront naturellement vers leur stade de floraison (généralement après 3 à 4 semaines). Il faut noter que, comparées aux LED, les HID émettent beaucoup de chaleur et peuvent rapidement augmenter la température d’une salle de culture. Leur coût de fonctionnement est également plus élevé, mais leur coût est moins cher à l’achat.

RightLes pours

• Peu coûteuses à l’achat
• Offre un cannabis de haute qualité et de bons rendements

ConsLes contres

• Produisent beaucoup de chaleur
• Nécessitent deux types d’ampoules (MH et HPS) selon le stade de la plante
• Les ampoules devront être changées tous les 6 mois, ou elles se dégraderaient
• Nécessitent un réflecteur et un accumulateur spécial (ballaste) pour fonctionner
• Cout de fonctionnement plus élevé

Un autre type de lampe de culture HID existe, les LEC sont une variante plus efficace en termes d’énergie. De plus, le spectre de ces ampoules est plus similaire à celles des rayons naturels du soleil, certains cultivateurs considèrent que celui-ci est bénéfique au bon développement des plantes.

Cannabis grown under HID lights

LES LAMPES DE CULTURE LED

Dans le passé, alors que la technologie était encore nouvelle, les LED n’étaient pas prises au sérieux par les cultivateurs professionnels. Quand il devint clair que ces lampes avaient un véritable potentiel dans la culture du cannabis, l’autre problème fut leur prix très élevé. De nos jours, les LED sont devenues les lampes de culture de choix pour de nombreux cultivateurs de cannabis alors que leurs prix se sont équilibrés et que la technologie s’est démocratisée. Les lampes de culture LED modernes peuvent désormais produire autant de lumières que de bonnes lampes HID et vous permettre d’atteindre les mêmes résultats qu’avec un montage HID classique. Bien que les systèmes LED aient des chances de vous coûter plus cher que les HID à l’achat, leur coût d’opération est bien moins élevé. En effet, il y a plusieurs avantages à cultiver ses autoflos avec des LED : elles consomment beaucoup moins d’énergie que le HID, produisent moins de chaleur et beaucoup d’entre elles ne demandent qu’à être branchées pour commencer à être utile en culture, pas besoin de réflecteurs supplémentaires pour les faire fonctionner.

RightLes pours

• Faciles d’emploi
• Produisent moins de chaleur
• Économie d’énergie et de coût de fonctionnement

ConsLes contres

• Plus coûteuses à l’achat
• Les modèles peu coûteux et de mauvaise facture abondent sur le net

En faisant vos recherches pour acheter des lampes de culture LED, vous verrez souvent le terme LED « spectre entier » ou « full spectrum ». Ce sont des lampes adaptées à tous les stades de culture du cannabis, ce qui signifie que vous pourrez les utiliser du moment où vous planterez votre variété à autofloraison jusqu’à sa récolte.

D’autres lampes LED possèdent un interrupteur pour passer d’un spectre « croissance » à un spectre « floraison ». Même si vous cultivez des autos, il faut enclencher cet interrupteur pour passer au mode floraison dès le début de celle-ci.

Cannabis grown under LED lights

PARTIE : 3 CULTIVER DES VARIÉTÉS À AUTOFLORAISON EN EXTÉRIEUR

Dans cet article, nous nous sommes concentrés sur la culture des variétés à autofloraison en intérieur, avec des lampes de culture. Étant donné leur taille compacte, c’est sans surprise que les autoflos sont populaires chez les cultivateurs d’intérieur. Contrairement à certaines variétés photopériodiques, ces plantes peuvent facilement tenir dans de petites tentes, placards, etc.

Mais le cannabis à autofloraison ne se cultive pas uniquement en intérieur. Il peut aussi être cultivé avec succès en extérieur.

Étant donné que les variétés à autofloraison ne dépendent pas de la lumière naturelle pour commencer leur floraison, cela signifie que vous pourrez les planter en extérieur à n’importe quel moment de votre choix (selon la météo). Vous pourrez les mettre dehors dès que le risque de gel sera écarté et tout comme en intérieur, elles fleuriront après 3 à 4 semaines de croissance pour être récoltées en seulement 60 à 70 jours. Étant donné qu’elles se développent et se récoltent si rapidement, cela signifie que vous pourrez obtenir plusieurs récoltes par an ou même par saison ! Si vous planifiez votre récolte de la bonne manière, vous pourrez récolter votre cannabis toute l’année.

Un autre avantage de la culture de variétés à autofloraison en extérieur, c’est leur stature discrète et leur nature solide. Les cultivateurs discrets et en guérilla seront ravis du peu d’entretien que ces beautés demandent. Contrairement aux sativa monstrueuses de 3 m qui surgissent comme le nez au milieu de la figure, les autoflos savent rester caché dans les sous-bois et auront moins de chance d’être découvertes. De plus, le rapide développement des autoflos peut aussi réduire les chances de découverte accidentelle comparées à des plantes qui demandent plusieurs mois pour terminer leur culture.

Même avec les lampes de culture les plus efficaces et les plus modernes, rien n’est capable de battre la lumière du soleil en ce qui concerne la culture d’un cannabis d’exception. En plus de superbes rendements, les rayons UV du soleil sont considérés comme bénéficiant à la production de THC, à vous de profiter du cannabis extra-puissant de vos autoflos d’extérieur.

Joyeuses cultures !